Salut

Tous les débuts se suivent… Le débat et la parole comme arène, ou cirque selon les envies, qui tournent autour d’une sphère littéraire, donc médiatique, forcément liée à l’ego, mais capable de se dépasser, de se sacrifier, de mourir.

• • •

Souvent…

Souvent, on lui prodiguait l’hospitalité, par tradition ou par générosité. Parce qu’il venait de loin, on lui posait moult questions. On voulait savoir ce qu’il y avait de l’autre côté du désert, personne n’en connaissant l’au-delà. Alors Eakin racontait les paysages, les villes, les inventions et les techniques ; il expliquait les coutumes, décrivait les parures, parlait de l’art et, pour captiver son auditoire, il brodait une histoire, la sienne, et mettait en scène décors et personnages, afin de rendre sa narration plus vivante.

• • •

Al-Lāt, Manat et Uzza

En 1989, la sentence iranienne sur la personne de Salman Rushdie m’avait alerté, comme tant d’autres, sur les risques encourus par un écrivain dès lors que ses écrits dérangent un pouvoir ou une morale. J’ai lu, à la suite de l’attentat subi il y a quelques jours par Salman, des propos qui remettent à des places séparées l’occident et l’orient, lisant que le premier ne pouvait s’attendre ni à une compréhension passive et encore moins à une forme de colonisation intellectuelle par le second, encore faudrait-il qu’un roman ait une stratégie colonialiste.

• • •

COUVRE-FEU

Hier soir
Je suis sorti après l’heure
Je revenais de l’amour
Au diable le couvre-feu
Je ne crois pas les médias
Je n’écoute pas le roi
 
Ma voisine a invité ses voisins
Je les ai vus par la vitre du nouvel an
Ils ont porté un masque toute la soirée
 
Le magasin fait la police
Ses employés demandent des identités
Des pass’ports médicalisés
Et des bulletins de santé
 
Aux rayons du supermarché
Les clients aussi font la loi
Les vieilles et les belles mères
Et les délateurs en tous genres
 
N’importe quel prétexte
Est bon pour des sévices
Punir et condamner
Cette obscure humanité n’a
Jamais été aussi heureuse
 
L’agent est sous serment
Il mentira, il cognera
Tout lui sera pardonné
Il n’aura pas besoin
D’aller à la mosquée
 
Il est l’heure grave des familles
Elles couvent des maladies
Confinement
Enfermement
Fermement
Mensonges
 
Des secrets d’État circulent
Ils vont et viennent sur les écrans
Les chefs ricanent
Comme à la mascarade
Leur sort nous est dicté
 
Les bambins sont muselés
Ils respirent en-dedans
Leurs petits poumons s’enflent
De cochonneries peu aériennes
Et le visage de leurs parents
Disparaissent derrière le voile
De l’obéissance
De l’ignorance
De l’opulence des pharmaciennes
 
Les ados
Leurs destins dos à dos
Sans dents, sans lèvres
Interdits de sourire
Privés de visage
Cachant leurs sentiments
Et leur ressentiment
Dans la distanciation
 
Le vaccin inocule un poison
Le poison se répand
Il n’avait pas assez voyagé
Aux dires des labos
Et des gouvernements
Peu diserts sur la question
De leur collaboration
ni de leurs revenus
 
Mon chien aboie aux passants
Il devrait monter la garde
Devant la télévision
Pour écarter la propagande
 
La culture est en danger
« Laquelle ? demande l’auteur
Celle du compte en banque
Des officiers du Ministère
Et de leurs subalternes ? »
 
La presse est surveillée
Par ceux-là mêmes
Qui la rédigent
La dévotion couve les rotatives
D’une encre frelatée
À goût de sang contaminé
 
L’histoire se répète
Les puissants se protègent
Les faibles se confinent
 
Attends
Entre les murs
S’éveillent des résistances
Elles seront debout dès l’aube
Sous des portiques glorieux
Encore un peu de temps
La vérité sera toujours
Gagnante
 
Ce matin
Ma couche est inondée
Ton ventre ensoleillé
Au diable le couvre-feu
Je ne crois pas les médias
Je n’écoute pas le roi
 
michel pommier
1° janvier 2021
Devant la Maison d'En-Haut de la Tranchée
Les Chantiers de la Création
Tours

Merci à Paskal Chottard pour son accompagnement amical à l'harmonica. 

Vidéo de la lecture :
https://www.facebook.com/annie.chottard/videos/10223698377838352

Paskal Chottard à la clarinette le 27 juin 2020 pendant les Chantiers de la Création – Tours
Samedi 2 janvier 2021 – Déjà un trente et unième chantier de la création – La culture n’est pas en danger, elle est vivante. Ici avec un tableau en cours de sertissage de Nico Nu

• • •

Eakin & ILana chap. 97 à 103

LA MAGICIENNE

Dans ce dix-neuvième opus des aventures d’Eakin & Ilana, nous suivrons surtout Eakin à partir de son départ du monastère de « L’Homme dépêché par les Esprits de la Montagne », chez lequel il se sera remis de ses blessures durant l’ascension de l’Elbahra. 

• • •

Sur « Les ÉCLAIREUR.ES » II

Le présent était
imprévisible et il le restera. Pourtant, tous les curseurs géopolitiques s’affolaient
au point d’être au rouge carmin en 2019. Un peu partout autour de la Terre, les
gouvernements sont conspués pour leur mauvaise gestion du bien commun et pour
leur corruption. Ce mouvement planétaire de désobéissance se heurte à la
violence policière, partout.

• • •
1 2 3 8