Ronron

Les guerres n’arrivent pas comme ça
On les pressent
Elles sont tapies dans l’ombre dans l’attente de leur heure
Les assassins s’ignorent encore et l’honnête homme ne se doute pas de l’ampleur de l’injustice des hommes
Seuls les commerçants véreux et les voleurs fourbissent leurs armes, quant aux avocats marrons, ils suivront l’un et l’autre indifféremment, comme en temps de paix

Tous ces livres de violence, ces films bourrés de haine
Le voici qui s’envole, cerf-volant gracieux dans l’azur
Une descente aux enfers organisée
Une gamine heureuse le jour de son anniversaire
Repousse l’assaut des forces terroristes
Du haut de son petit tracteur, l’enfant imite le ronron du moteur

.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié / les champs obligatoires sont indiqués par une *

8 − 2 =