Ils arrivent de la terre par milliers

Ils arrivent de la terre par milliers

Ils sont la terre

Les hommes de la terreTerre Maroc 1994

Les femmes de la terre

Et les enfants de la terre

Ils et elles sont en terre

Ils et elles sont nous

Nous en terre

De chair

Avant d’être

Ils viennent par la mer

Les hommes de la terre

Les femmes de la terre

Et les enfants de la terre

Ils arrivent du ciel

En grappes

En bandes

Avec leur famille

Ils viennent pour semer

Et ils vont semer

D’autres enfants de la terre

Avec vos filles avec vos fils

Sur une terre qui n’est pas à eux

Une terre qui n’est pas à nous

Une terre à tout le monde

Parce qu’il n’y a qu’une terre

Elle est à tout le monde

Pas qu’à toi

Ton droit n’en est pas un

Ton droit est un leurre

Ta propriété ne t’appartient plus

 

Maroc terre 2

 

Tu en es démuni

Tu dois la donner ou la perdre

Pour la richesse de l’autre

De celui qui arrive

Sans rien

Les mains vides

Les sacs éventrés

Et qui a des besoins

Comme toi

Il n’est qu’un homme de la terre

Elle n’est qu’une femme de la terre

Et voici leurs enfants

La faim le froid le rien dans les poches

Ton ennemi et frère

Ton ami inconnu

Vous voici ensemble

Au pied de ta maison sur ta terre qui est sa terre

Comme sa terre est la tienne

Il n’y a qu’une seule terre

Il n’y a qu’une seule humanité d’hommes et de femmes

Ils viennent toujours plus nombreux

Parce qu’ils sont chez eux

Ils ne peuvent pas s’envoler comme le papier

Ils sont de chair et ils pèsent lourds

Comme la terre est lourde

Comme l’enfant est lourd dans les bras de sa mère

La mère porte son enfant dans l’amour

S’il est lourd elle le portemaroc terre 3 001

S’il est léger elle le porte

Elle le porte à travers la mer

A travers les terres de la terre

Elle le porte et l’homme l’aide à le porter

Jusqu’à la porte de l’autre homme

La porte de l’autre femme

Qui ne font qu’un et une parce qu’ils sont des femmes et des hommes des mêmes terres qui n’en sont qu’une

Ils portent tous ensemble le destin d’une même chair de terre

Un même sang que la terre nourrit

Le sang des guerres qui relient les peuples

Parce que dans la misère ils ne font plus qu’un

Ils veulent que la misère cesse pour pouvoir se porter l’un l’autre

La misère qui relie pas la misère qui tue

Car la misère tue aussi les peuples qui ne savent pas

Qu’il y a des hommes qui ne veulent pas la paix

Et qui conduisent les mères à la guerre

Et les enfants à la mort

Et les hommes au combat

Et il y a des hommes qui ferment les yeux

Parce qu’ils ne voient que dans le malheur

Dans leur malheur ils voient

Alors ils se couvrent les yeux pour ne pas voir

Le malheur les rattrape

maroc terre 4 001

 

La paix les distance elle s’en va

Il puise de l’eau le peuple a soif

Il chasse les peuples le roi

Quel roi tue pourquoi

Pour le pouvoir de posséder

Son peuple aux abois

Son peuple qui n’a plus rien

Qui donne ses esclaves en des enfants de sang

Des enfants de mères esclaves d’hommes esclaves

Le roi mange et boit et baise

L’homme bas tombe encore plus

La femme couche le ventre

L’enfant n’est plus enfant

Il n’a pas le temps à l’enfance

Il court de routes en baskets trouées

De montagnes enneigées en plage policées

Le port est plein de papier

Il faut de nouveau papier

Un monde à photo et la sienne

Une photo fugitive d’un enfant qui court

Vers la terre à toi à lui

Une terre d’un cercle unique

Une terre seule à tous

Une terre volée par l’autre le mauvais

Il existe le mauvais il est là

Devant derrière il achète

Le corps et l’âme des enfantsmaroc terre 5 001

Il les sacrifie

Et l’homme cherche son enfant

Et la femme cherche son enfant

Et l’autre attend avec l’arme

Pour ne pas qu’ils passent

Ne pas qu’ils viennent de la terre qui est sa terre

Sa terre qu’il ne connait pas sienne

Parce qu’il ne sait pas

Parce que ceux qui ne veulent pas qu’il sache

Les papiers qui dénoncent qui n’offrent pas

Les images qui dénoncent qui ouvrent sur la prison

La prison misère qui s’offre à l’honnête

La plage et l’or que prend le mauvais

Le roi qui tue et qui prend pas cher

Le peuple qui meurt et qui court

Il s’enfuie il s’enfuie

Il est homme femme et enfant

Il voit les autres hommes femmes et enfants

Ils sont chez eux

Ils ont un chez eux

Derrière l’image qui les surprend eux

Ils sont assis repas écran

Ils voient et ne savent pas

Que la terre de l’homme est la sienne

Que la terre de cette femme est la sienne

Et que cet enfant est le sien.

 

.

Comments

  1. nico nu - 8 février 2016 @

    et bien …

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié / les champs obligatoires sont indiqués par une *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.