De tous ces jeunes gens

de tous ces jeunes gens, tombés ce 13 novembre 2015, ces jeunes filles et ces jeunes garçons pleins de vie, sous les balles de vivants-morts que certains appellent terroristes ou djihadistes, ou intégristes, ou kamikazes, mais qui ne sont rien d’autres, eux, dans leur jeunesse perdue, que de pauvres personnes en instance de mort clinique, réelle, accomplie dans l’anéantissement de leur être,

• • •

Ronron

Les guerres n’arrivent pas comme ça
On les pressent
Elles sont tapies dans l’ombre dans l’attente de leur heure
Les assassins s’ignorent encore et l’honnête homme ne se doute pas de l’ampleur de l’injustice des hommes
Seuls les commerçants véreux et les voleurs fourbissent leurs armes, quant aux avocats marrons, ils suivront l’un et l’autre indifféremment, comme en temps de paix

• • •

Attitudes

Je n’avais pas eu le choix
j’avais appris à détester, à les détester tous
vigilance chérie, tu m’as sauvé
intégrité souveraine, je te suis fidèle
mon point de vue, trop haut, trop affranchi
la franchise honnie, franc-parler destitué
l’humilité, coupable de vérité, d’amour
tout ce que ce monde rejette
au profit, oui au profit du profit
profiteurs sans labeur, puissants déterminés
monstration, quel horrible mot
gloire éperdue, recherchée, bien terrestre passager
images surfaites, composées, naturel anéanti

• • •

Dédicace en perpétuel mouvement

Plusieurs personnes, femmes et hommes qui font le monde libre, me donnent l’occasion de tirer sur le fil du débat sur la libre expression. Certains sont malheureusement morts au combat, pour quelques mots, quelques vers de trop, d’autres sont en prison et d’autres encore sont en sursis. Gageons que les prisonniers retrouveront le chemin de leurs foyers et que les sursitaires ne seront plus jamais poursuivis pour de telles peccadilles. Les absents resteront à jamais dans nos mémoires parce qu’ils ont donné leur vie pour un idéal qui concerne tous les êtres humains, celui de la liberté d’opinion, et par-là de la démocratie.

• • •

Court essai sur l’esprit du silence

J’ai lu un jour les mémoires d’une résistante bordelaise durant la dernière guerre. Elle tenait un café dans lequel venaient des résistants en quête d’informations, de laisser-passer ou de toute chose impossible à débattre à voix haute dans un lieu public. Ce qui m’avait le plus impressionné, c’était la difficulté pour cette femme de reconnaître la véritable intention de ceux qui venaient à elle pour un service lié à son activité souterraine. Qu’un individu vînt de la part d’untel ou untel, comment lui faire confiance pour ne pas trahir un réseau ou un camarade, pour ne pas se trahir soi-même.

• • •

Nous sommes tous des théologiens

Pas un livre qui ne soit une rencontre, qui plus est pour ceux qui traduisent un message divin. Pour ne se préoccuper que des textes relatifs aux trois grandes religions monothéistes, la Bible hébraïque, le Nouveau Testament et le Coran, ils sont de ces lectures qui ne peuvent laisser indifférents, et cheminer avec eux est une aventure aussi bien spirituelle qu’intellectuelle.

• • •