Les résistants du XXI° siècle

Il y a des peuples qui résistent, comme ces écueils dans le courant ; il y a des monstres à l’œuvre sur la terre ; il y a des guerres innommables, de vaines atrocités, des injustices pathétiques, dramatiques ; il y a le mensonge partout où se répand l’argent du vol ; le travail n’existe plus que sous la forme d’une soumission mondiale, et moi que fais-je ?

20140603 Il y a des peuples qui résitent - image

Il n’y pas si longtemps, des gamins se sont fait écraser par des tanks, le jour de mon anniversaire, qu’ai-je fait ? Ailleurs, pauvres enfants, pauvres mères affamées, miséreux hommes sans pain, tout près de mon luxe, de mon confort, de mon occident et de ses supermarchés gardés, qu’est-ce-que je fais de cette vie, de ces inégalités ?

C’est malheureux à dire, mais je ne fais pas grand-chose. Pas beaucoup de moyens à ma portée, les amis, sinon un bout de crayon ou un clavier made in china, une honte insupportable, et parfois une rage au cœur, une envie de colère, d’insultes, de cris acharnés, de justice, quitte à employer la force, me tromper, faire les mêmes erreurs, tuer, assassiner, emprisonner, torturer, devenir le bourreau des bourreaux, leur prendre tout, les laisser morts, mais que fais-je ?

Rien de tout cela, je maîtrise mes sens, me calme, retourne à mes mots, j’en ai le pouvoir, le luxe, et je dois penser à toute cette chance, ce bonheur de faire ce que je sais faire, que j’en vive ou non, que j’en crève un jour, en tout bien tout honneur ou en misérable, mais en homme, riche et pauvre à la fois, mais en sachant que certains sacrifices courent dans la paix comme l’écho impossible d’acteurs disparus, et moi je le sais, et c’est tout ce qui m’intéresse, la survie de la paix, celle du droit à l’émancipation intellectuelle et culturelle, à chacun ses luttes, je voudrais qu’elles et ils soient libres, et j’en vois trop tomber sous les coups d’immondes personnages, et j’en vois beaucoup se dresser, leur doigts de misère à la main, la chair de leur vérité sous les balles des salauds, je pense à eux, je les rejoins en pensée, c’est tout ce que je peux faire, ce n’est rien, absolument rien, soyez-en sûr, mais je les rejoins en pensée, comme dans une prière…

.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié / les champs obligatoires sont indiqués par une *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.