Poésie et dessins du XXI° siècle

Véhicule construit
Temps de paix

Armé, rusé
Arme pénétrante, entrée de ville
Porte fermée ouverte sur le sens
Direction poussée force
Avancée en terrain ennemi
Volonté de prendre
Assaut

Toujours un édifice en surplomb
Vue de la terre
La terre des terriens qui ne sont rien

Tours
Colonnes, étages surélevés
Hommes hauts et bas
Commandent, dirigent, meurent

Les étés torrides au feu de paille
Meules remplies d’amour
Dégoulinantes de foutre heureux
Chant éperdu retrouvé haleine à perdre
Caresse du bonheur

Adieu !

Mourir n’est pas si simple
Une histoire à préparer
Pour les temps infinis
Ceux qui l’accepteront

Et l’autre guerre que voici
Je sors donc
Dieu que de combattants !
Rangées par rangées
Ce sont eux les plus à plaindre
Ils s’activent sous des couleurs

Ah ! Les couleurs
Elles se sont mises à puer
Ce sont des tréteaux de foire
Devant des marionnettes
À coups de pieds je les renverse

 

Et voilà !
Le sanctuaire est piétiné

À quand la foule sous les oliviers
À quand les mains jointes et
les applaudissements

Ne confondons pas
L’Esprit n’est pas ailleurs
Il subsiste

La bouche oublie-t-elle
La haine
A-t-elle un jour connu
La haine

Et la fleur en tombant
Peut-elle haïr
Le pétale tout de blanc
Sait-il haïr

Aux aurores se lèvent les vents
Au Levant s’éveillent les raies d’or

L’eau apaise ma peau fatiguée
Et les heures appellent au lever
Un amour peureux et délavé
Sur l’arche détrempée de l’acier

Avant, dans le sens du « Devant ! »
Cours, sans te retourner, et va
Laisse ces ombrages aller
Et rejoins de ton âme légère
Ces enfants alanguis des cavernes
Où vont comme des spectres
Des hommes
Qui cherchent dans la fin le retour

C’est assez de cacher Vérité
Te voilà à ton tour prête à dire
À quel point tu n’es pas seule
Sur cette arche à trembler sous les mots

Il n’y en a plus qu’une, c’est amour
Elle vient seule ou avec la beauté

Et l’ami viendra car je l’attends
Et la femme attendue est venue

Voici l’enfant du jour, il chante
Quant à l’enfant des nuits, il danse
Ensemble sous les airs du destin
Main dans la main ils ne font qu’un

Armé d’un paysage, le poète se défend,
Qu’y a-t-il de plus sage quand sa vie en dépend ?

Je ne crains pas la traque, je cours
Obstacles, fil de fer barbelé, je vous évite
Au long de corridors étroits, course haletante

Du jour, par les vitres, le ciel, par les toits

Je suis un évadé
Le prince de l’évasion
Jack Lang n’est plus ministre
Cent mille fois tant mieux
Pour la Culture

Je n’entends rien
le soir dans mon alcôve
je suis en noir
tout seul
comme un apôtre
et pour unique Dieu
une âme dans ma main
écrit le jour
la nuit
les vers du lendemain

Mais je résiste, vois-tu
Et ma femme et ma fille
M’attendent chaque soir à l’âtre du foyer
Et j’aime, et j’aime
Ces moments doux à la veillée

Où irions-nous, dis-moi
Si nous changions de ville

À quai ton chargement
À vie ton déploiement
À mort ton dévouement
À jamais les déments

Emmène ta fille Emmène ta femme
Prends-la par la main
Prends-la par l’amour
Offre leur ce que tu es

Offre l’heure Vérité

 

.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié / les champs obligatoires sont indiqués par une *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.