INDÉCISE

L’ÉCLAT

Je suis un être délabré
Ma bouche a oublié ton goût sucré
Dans ta demeure d’avant les murs ont perlé
D’une soif au regard décharné

Derrière la porte de l’escalier
J’ai humé ton parfum d’antan
Je t’ai imaginé dans ta robe de jeune fille
Et défait tes boutons nacrés
 
Ce n’était qu’une pensée diffuse
Une envie de te renaître
Et comme le spectre de nos amours
J’ai entendu glisser ta robe
 
Cette chair si tendre
Passée au tamis de l’attente
Plaquée au mur de mon désir
S’est fanée sur la table de nos ébats
 
Le café s’est noyé dans l’eau de rose
Un bas a filé
Mais des fleurs d’hiver couvrent tes reins
Et mon cœur repose sur ton sein
 
J’ai parcouru ces pièces vides
Flirtant devant des vitres mouillées
Et baignées de natures mortes
Comme des odalisques lascives
 
Reste indécise et nue de moi
Souffle ces bougies antiques
Et bois dans des coupes de cristal
Le miel amer de mes vingt ans
 
Ouvre les battants, mon indécise
Et ravive les ruines de ma passion
Prise dans les rets de ta nature
Allongée sur le carrelage de la salle de bain
 
Dans le salon la chaise est dressée comme un gibet
Sur lequel tu puniras mon habit
Mes bottes et mon épée
Pour un lacet défait
 
Je ne cesse de contempler ton visage
Revenu cette nuit me hanter
D’un sourire abîmé de temps
De noces et d’éternité
 
Reste assise dans ton coin
Ta chemise s’est échancrée
Sur ton cou insaisissable
Où se perdent mes baisers
 
Mes mains vacillent au vent de toi
Et agrippent une illusion qui ricane
Derrière les grilles de ton jardin
Où de noires couleurs résistent
 
Laisse-moi, je t’en supplie
Contempler cette nudité
Qu’une porte entrebâillée
Se plait à refléter
 
Ne sois pas si indécise, ô ma muse
Et cède de toute ton âme
A cet être délabré
Qui revient pour mourir près de toi

CHRYSALIDE

***

Ce texte est inspiré des photographies de la série « Rue Bel-Ébat » de Tiphaine Populu de La Forge, exposées du 8 au 30 mars 2019 à la galerie La Boîte Noire, 57 rue du Grand Marché à TOURS, dans le cadre de l’exposition « natures in.dociles », avec l’artiste plasticienne Malou Ancelin.

Avec mes chaleureux remerciements à Tiphaine pour son autorisation de publier ses photographies.

***

#nouveauté#Photographie#poésie#Rue Bel-Ébat#Tiphaine POPULU de la FORGE

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié / les champs obligatoires sont indiqués par une *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.